Une pénurie mondiale de voitures affecte les femmes de manière disproportionnée

Face à un pouvoir de négociation plus faible que jamais, la pénurie mondiale de voitures exacerbe une industrie déjà sexiste.

Collegian+File+Photo

Collegian File Photo

La semaine dernière, ma voiture de 20 ans d’âge a dû subir une réparation que j’appréhendais depuis jour 1: un nouvel embrayage. Mon mécanicien m’a donné une estimation de $1500, car elle était complètement détruite. Je ne pouvais pas justifier de dépenser ce type d’argent pour une voiture dont les jours étaient déjà comptés. 

Ma voiture avait décidé de rendre l’âme au pire moment possible. La pandémie du COVID-19 avait provoqué une pénurie mondiale de puces électroniques, ce qui veut dire pénurie mondiale de voitures.

Une voiture utilise environ cent puces de semi-conducteur pour réaliser les fonctions comme surveiller la pression des pneus et diriger la batterie, le système d’infodivertissement, la caméra de recul, les dispositifs de sécurité et des centaines d’autres tâches essentielles. Il suffit de dire qu’ils sont essentiels à la production d’une voiture. 

Avant la pandémie, on voyait déjà la pression sur les usines de semi-conducteurs pour qu’elles produisent en surcapacité à cause d’une augmentation des produits plus avancés technologiquement tels que les véhicules électriques et les téléphones portables dotés de la connectivité 5G. La  pandémie a exacerbé ce phénomène lorsque le travail à domicile est devenu la nouvelle norme, ce qui a incité les consommateurs à acheter des ordinateurs portables de haute technologie et des appareils de divertissement tels que les PS5. Cette pénurie a eu un effet durable sur la disponibilité des puces de semi-conducteurs, et le marché automobile ne s’en est toujours pas remis. 

Après avoir reçu des estimations de plusieurs concessionnaires différents, j’ai constaté que les prix de vente étaient plus élevés, que les majorations étaient insensées et poliment appelées “frais d’ajustement au marché”, et que je devais payer pour toutes sortes de caractéristiques qui seraient normalement optionnelles. Un vendeur a tenté de me vendre des tapis de sol toutes saisons non sélectifs pour $1.000 dollars en plus de la majoration de $2.500 dollars que je payais déjà. Je me demande si ce vendeur aurait fait cette offre insultante à un homme.

C’est là que le sexisme entre en jeu: payer plus que le prix d’achat d’une nouvelle voiture est la nouvelle norme, mais c’est encore plus vrai pour les femmes. Acheter une voiture dans un marché normal est une expérience intimidante pour moi en tant que femme, car je suis constamment traitée avec condescendance au point de me demander si je bénéficie ou non du même tarif que mes homologues masculins. Et la pénurie de voitures d’aujourd’hui exacerbe cette situation. 

J’ai d’abord visité un concessionnaire local pour me faire une idée du marché. J’ai pu constater que le vendeur était irrité par mes questions sur la sécurité, la fiabilité, la consommation d’essence, la couleur de la peinture, le revêtement intérieur et le système d’infodivertissement de la voiture. Souvent, les vendeurs préfèrent discuter des performances du moteur. Parfois, j’avais l’impression que le vendeur n’essayait pas de me vendre la voiture. Il ne m’a jamais fait faire le tour, ne m’a jamais fourni les spécifications du véhicule et n’a jamais expliqué aucune caractéristique sans que je le lui demande. C’était presque comme s’il me voyait comme une perte de temps.

J’ai parlé à plusieurs vendeurs chez différents concessionnaires en dehors de l’État, et chacun d’eux était réticent à parler finances avec moi au téléphone. Cela m’a semblé être dangereux, car cela m’empêchait de comparer les taux et me limitait aux concessionnaires locaux. Je pense que cela a quelque chose à voir avec ma voix de femme. Les vendeurs entendent ma voix au téléphone et supposent que je suis une jeune femme et que je serai facile à arnaquer une fois dans le magasin.  Ils peuvent supposer que je ne connais pas beaucoup les voitures et que je ne sais pas combien la voiture vaut réellement.

Chez un concessionnaire, on m’a proposé plus de $31.000 (prix de vente, c’est à dire sans les taxes et les frais) pour une Honda Civic LX de 2022. La même Honda Civic LX de 2022 qui se vantait d’avoir un prix de détail suggéré par le fabricant de seulement $22.350. Cela signifie qu’après les taxes et les frais, je devais dépenser $33.000. Plus de $30.000 pour une berline compacte dans le secteur des voitures économiques. Je me suis sentie insultée par cette proposition et je me suis demandée s’ils auraient dit la même chose à un homme de mon groupe de pairs.

Comme si l’achat d’une voiture n’était pas un mal de tête suffisant, je devais encore vendre mon ancien “fixateur”. Armé de l’expérience anecdotique de mes amis, je savais que j’aurais du mal à vendre la voiture par moi-même. J’ai donc demandé l’aide de mon petit ami. Nous avons publié le même lien sur Facebook Marketplace, avec les mêmes photos de la voiture, les mêmes spécifications du véhicule et des descriptions similaires. Je n’ai pas reçu une seule réponse dans la première demi-heure, mais il en a reçu une poignée. Avec une telle demande et une seule voiture à vendre, j’étais convaincu qu’il serait capable de vendre la voiture à un prix beaucoup plus élevé que moi. 

Malheureusement, la vente de voitures est un modèle d’entreprise corrompu et sexiste même avant la pandémie. Si l’on ajoute à cela la pénurie mondiale de voitures, les femmes gagnent beaucoup moins d’argent que leurs homologues masculins. C’est justement une autre manifestation de l’impôt rose: les femmes finissent par payer plus pour les mêmes produits et services comparé aux hommes. 

Julia Otkay peut être contactée à [email protected] 

Natalie Koopman peut être contactée à [email protected]

Iris Thesmar peut être contactée à [email protected]