Goose fait revivre la troupe de jam américaine lors de sa tournée d’automne avec le Trey Anastasio Band

Les deux troupes ont produit une prestation animée de quatre heures à Uncasville, CT

Trey+Anastasio%2C+Caitlin+Reardon%2FDaily+Collegian

Trey Anastasio, Caitlin Reardon/Daily Collegian

Trey Anastasio et sa troupe se sont associés à la troupe de jam progressif Goose pour une tournée d’automne, s’arrêtant à Uncasville, Connecticut le 12 novembre sur leur route. Se produisant à guichet fermés dans une arène à Mohegan Sun, la performance était une mine d’or pour tous les amateurs de jam session. 

Les troupes de jam sont certainement un goût qui s’acquière. Pourtant, des troupes comme Grateful Dead, Phish, Widespread PAnic et The Allman Brothers Band ont été des pionniers du genre. Ils ont accumulé une base de fans dédiés qui se distingue des autres troupes de musique. 

Trey Anastasio est connu en tant que guitariste et chanteur principal de la troupe originaire du Vermont Phish. Anastasio s’est aventuré dans sa carrière solo en 1998, formant le Trey Anastasio Band, ou TAB comme certains fans les appellent. Son travail continue d’explorer les vagues toujours déferlantes du chemin rempli de Jam qu’il a aidé à paver. 

Goose a accumulé un large public parmi ceux qui aiment Phish et d’autres troupes de Jam depuis la sortie de leur premier album “Moon Cabin” en 2016. Bien qu’ils soient toujours ancrés dans les vraies racines de rock et de funk psychédélique, la troupe revisite le genre Jam avec une approche technique plus moderne. 

L’expression musicale de Goose est une version rafraîchissante de la troupe de Jam américaine traditionnelle. En combinaison avec l’expérience d’Anastasio dans le développement du style lui-même, il est naturel que les deux troupes fassent une tournée ensemble. 

Claviers, voix et guitare, Peter Anspach a envahi la scène avec ses quatre compagnons de troupe. Anspach a exprimé à la foule qu’il “fait bon d’être ici” dans leur état d’origine du Connecticut. Ensuite, Goose a entamé le concert avec leur chanson “Animal”, une ouverture puissante qui a chaleureusement accueilli les membres du public à se joindre au dynamisme du groupe. 

La foule était étonnamment présente – les jeunes spectateurs présents aux concerts n’ont pas prêté beaucoup d’attention à leurs téléphones, illustrant un désir ressenti de manière universelle par les personnes présentent de s’imprégner de la musique et de danser. 

D’une vue aérienne, la mer de personnes sur le sol se déplaçait et se balançait, lançant des ballons de plage en l’air comme si c’était une grande célébration du retour de Goose en Nouvelle-Angleterre. Le sens de la communauté était tangible et euphorisant. 

“C’est le premier spectacle que nous ayons joué avec des gens derrière nous”, a déclaré Anspach dans le micro en pointant du doigt les personnes assises sur les balcons derrière la scène de l’arène. 

La voix du vocaliste principal et guitariste Rick Mitarotonda a fait entendre sa résonance chaleureuse dès le début de leur performance. Mitarotonda était intensément concentré sur la scène pendant le solo, restant immobile et fermant les yeux. 

Les claviers et les synthétiseurs d’Anspach l’entouraient sur trois côtés. La prestation de Goose a été magnifié grâce à de vastes synthés qui ont imprégné l’arène. C’était en conjonction avec le spectacle de lumières vives synchronisé sur rythme de la chanson. 

Cela reflétait un niveau de production qui correspond visuellement au son aventureux qu’ils ont mis en avant. Anspach n’a pas laissé cela lui échapper en remerciant l’équipe de 77 personnes qui a aidé à monter le spectacle. 

La troupe a interprété une poignée d’incontournables, comme “Arrow”. La mélodie contient des pauses percutantes qui ralentissent le tempo rapide. La troupe s’est reconstruite avec les improvisations pointues et captivantes de Mitarotonda à la guitare ; Anspach alternait simultanément entre sa guitare et son clavier. 

Le bassiste Trevor Weekz et les deux percussionnistes, Ben Atkind et Jeff Arevalo, ont toujours gardé près d’un battement d’avance sur le tempo tout au long du spectacle. Cela a maintenu le rythme qui accélérait rapidement, ce qui a maintenu une base bourdonnante pour Mitarotonda et Anspach. 

De l’origine de la chanson “Arrow”, la troupe est rapidement passée à une reprise de “Hollywood Nights” de Bob Segar, totalisant une jam d’environ 25 minutes. 

J’ai été impressionné par les intuitions musicales collectives et individuelles de Goose. Les jams d’improvisation sont difficiles à maintenir pendant plus de vingt minutes, surtout compte tenu de l’éclairage intense. La troupe est concise et cohérente. Pour cette raison, ils réussissent très bien à se distinguer avec leur son brillant et un plein d’adrénaline sur la scène de Jam. 

“Dripfield”, de leur dernier album, a revigoré la foule. Une énergie mythique, les synthés et la batterie en particulier, complètent la voix forte et les amples riffs de guitare de Mitarotonda. Le ton s’est ensuite intensifié avec un solo de guitare perçant qui allait de plus en plus haut sur le manche, mais est rapidement revenu à la mélodie de la chanson. 

“Nous allons sortir les cors de TAB ici”, a déclaré Anspach. Des joueurs de trompette, de saxophone et de trombone sont montés sur scène et ont commencé leur reprise de “Fish In The Sea” de Fat Freddy’s Drop. Le saxophoniste James Casey, la trompettiste Jennifer Hartswick et la tromboniste Natalie Cressman se sont tous relayés en solo telle une bataille. 

Trey Anastasio a ensuite rejoint Goose avec sa guitare pour “Factory Fiction”, marquant la fin de la prestation de Goose. Anastasio et Mitarotonda jouaient des riffs en chœur avec des textures fluctuantes et des intonations succinctes. 

Après une prestation composée à la fois de titres originaux de Phish et de TAB, Trey Anastasio et sa troupe de sept musiciens ont continué avec leur performance différente qui présentait une qualité plus heavy rock. “Twist”, “No Men in No Man’s Land” et “46 Days” ont fait bouger le public avec des instrumentaux un peu blues qui ont donné une jam faite pour le headbanging. 

Anastasio a interagi avec les membres du public lors de ses propres jams, tournant et virevoltant sur scène avec un sourire. Son énergie était un point très important du spectacle, ajoutant à l’atmosphère amusante. Goose a rejoint TAB peu de temps après et est resté sur scène jusqu’à la fin. 

Gardant le meilleur pour la fin, les 13 musiciens ont présenté “Carini” de Phish pour le rappel. L’arène a éclaté de cris de joie après que les premières notes aient retenti, chantant à toute voix les paroles en retour à Anastasio. Le Jam a continué pendant un moment encore, alors que le temps ait semblé avoir échapper à tous ceux qui se sont déchaînés, le spectacle s’est terminé en environ quatre heures. Bien que le spectacle ait duré longtemps, l’énergie n’a pas diminué entre Goose et TAB. 

Du début à la fin, les deux troupes ont produit un spectacle impressionnant qui a tout mis en œuvre pour saturer les spectateurs dans l’aventure libératrice qu’est une troupe de Jam. 

Cependant, ce monstre qu’est la tournée prouve que des nouveaux venus comme Goose et des vétérans comme Trey Anastasio Band font revivre avec succès la scène de Jam grâce à la passion et la férocité maintenant l’esprit du Jam et sa communauté en vie. 

Caitlin Reardon can be reached at [email protected] and followed on Twitter @caitlinjreardon.

Iman Fenina is a translater of French and can be reached at [email protected].

Constance Sourisse can be reached at [email protected].