L’expérience Queer : La mode queer est importante, mais elle ne nous définit pas.

L’apparence d’une personne n’est pas une invitation à la généraliser

Joey+Lorant

By Zach Leach, Natalie Koopman, and Iris Thesmar

Ces dernières années, les queers ont utilisé leur apparence non seulement pour s’exprimer mais aussi pour s’identifier les uns aux autres. Les cheveux teints, les bijoux uniques, les grandes bottes et les piercings faciaux ne sont que quelques exemples de la nouvelle mode queer. La façon dont les queers se présentent est avant tout une forme d’expression personnelle, mais aussi un moyen de faire savoir aux autres personnes queers que nous faisons partie de la même communauté.

D’après mon expérience personnelle, je suis beaucoup plus enclin à entamer une conversation avec quelqu’un s’il se présente d’une manière que je considère queer. En général, cela m’indique que je peux approcher cette personne en toute sécurité et qu’il est facile de m’identifier. Il s’agit clairement d’un aspect positif de la mode queer, car les rencontres et les liens entre les personnes queer font partie intégrante de la progression de notre communauté. Récemment, cependant, j’ai vu cette tendance prendre un terme inhabituel. Les hétéros ont commencé à penser qu’il est acceptable de généraliser et de stéréotyper les personnes queer en fonction des vêtements qu’elles portent ou de la façon dont elles choisissent de se présenter.

Je suis sûr que la plupart des personnes homosexuelles ont déjà entendu quelqu’un leur dire : “Mais, tu n’as pas l’air gay!” Ce type de pensée perpétue l’idée que les personnes queer ne sont autorisées à exister que de la manière que le reste du monde permet. Si notre style est trop unique, nous sommes une “verrure”, mais si nous choisissons de ne porter qu’un pantalon de survêtement et un sweat à capuche, nous avons “l’air trop hétéro”. Les hétéros (bien que parfois inconsciemment) ont tendance à sauter sur toutes les occasions de contrôler et de restreindre les queers qui les entourent pour protéger leur propre confort hétérosexuel.

Être queer ne vous oblige pas à vous habiller d’une manière spécifique. De nombreuses personnes queer apprécient l’expression de soi que permet la mode queer, mais beaucoup d’entre nous se contentent de cheveux de couleur naturelle, de ne pas avoir de piercings et de porter le même sweat-shirt tous les jours. Les vêtements qu’on choisit de porter ne renforcent ni n’invalident l’identité de quiconque. Personnellement, j’aime me teindre les cheveux dans des couleurs vives, me peindre les ongles et porter de gros bijoux, mais certains jours, je choisis de ne pas le faire. Les jours où j’ai l’air de “passer hétéro”, mon identité est tout aussi valable que n’importe quel autre jour.

L’utilisation par la société de l’apparence des personnes homosexuelles est nuisible à bien des égards. En grandissant, je ne me suis jamais sentie à l’aise pour faire mon coming-out en public et j’avais peur que les gens découvrent que j’étais queer. À cause de cela, je n’ai jamais pu m’exprimer comme j’ai toujours voulu. Je n’ai pas eu l’occasion de teindre mes cheveux dans des couleurs vives, de porter de grandes boucles d’oreilles et de me vernir les ongles, car je savais que les gens verraient mes vêtements et feraient immédiatement des suppositions sur ma sexualité. J’ai grandi dans une ville relativement petite près d’Atlanta, en Géorgie, et je n’avais pas l’impression d’être dans une position où les gens pouvaient savoir en toute sécurité que j’étais queer. Je n’ai pas eu l’occasion de m’exprimer vraiment avant d’entrer à l’université.

Cela rejoint un thème commun sur lequel j’écris souvent : Les personnes queers ne doivent d’explication à personne. Vous avez le droit de vous vous habiller comme vous le souhaitez, vos cheveux peuvent être de la couleur que vous voulez et n’existe pas trop de piercings. En outre, n’a personne le droit de généraliser les personnes queers sur la base de la façon dont elles choisissent de s’habiller. Toutes les personnes homosexuelles ne se teignent pas les cheveux en violet, et toutes les personnes aux cheveux violets ne sont pas homosexuelles. La sexualité est déjà un spectre très complexe, et il n’est pas nécessaire de le rendre plus difficile à comprendre. 

Zach Leach peut être contacté à [email protected]

Natalie Koopman peut être contactée à [email protected]

Iris Thesmar peut être contactée à [email protected]