Un expert des droits de vote s’exprime sur la suppression des électeurs

« Le vote est une connexion entre la manifestation et le pouvoir. »

Un+expert+des+droits+de+vote+s%27exprime+sur+la+suppression+des+%C3%A9lecteurs

Gilda Daniels

L’école de politique publique de l’Université du Massachusetts a accueilli lundi l’expert en droits de vote Gilda Daniels pour une conférence intitulée «La lutte pour le droit de vote», où elle a parlé de l’histoire de la suppression des électeurs et de sa prévalence aujourd’hui.

Daniels, professeur de droit à la faculté de droit de l’Université de Baltimore, a récemment publié un livre sur la suppression des électeurs intitulé Uncounted: The Crisis of Voter Suppression in America. En outre, elle a occupé le poste de chef adjoint de la Division des droits civils du Département américain de la justice, Section des votes, pour les administrations Clinton et Bush.

L’événement, qui a eu lieu dans le cadre de l’École de politiques publiques, a commencé avec quelques mots de directeur du département et professeur agrégé d’études du Moyen-Orient et les politiques publiques David Mednicoff, qui a présenté Daniels et a offert une certaine expérience pour la série.

La Lutte pour le droit de vote est le deuxième événement de la série de conférenciers du département pour cette année universitaire. Comme les prochaines élections de novembre sont dans l’esprit de beaucoup, Mednicoff a déclaré qu’il souhaitait inviter un conférencier « possédant une grande expérience significative pour nous guider à travers certains des défis » du vote.

Dans sa présentation d’une heure, Daniels a présenté un résumé de l’histoire de la suppression des électeurs, suivie d’une explication sur comment et pourquoi cela se poursuit aujourd’hui, en s’appuyant sur des exemples spécifiques dans les États du pays.

Elle a précédé son discours en discutant de sa motivation à écrire son livre, qui était de « relier les points » de l’histoire du processus de vote en Amérique. « En tant qu’enfant, j’adorais travailler avec ces pages connectées », a-t-elle raconté.

“Je pense qu’il est important de relier l’histoire, à ce que nous vivons en ce moment.”

Selon Daniels, le premier point à considérer est la « démocratie paradoxale » du pays. Ce sont des idées sur lesquelles l’Amérique a été fondée, « en disant que tous les hommes sont créés égaux à ce que seules certaines personnes comptent dans la façon dont nous votons ».

Lorsque le 15e amendement a rendu illégale la discrimination fondée sur la race, de nouveaux « dispositifs de privation de droits » contre les personnes de couleur sont apparus. « La taxe de vote,. . . les tests d’alphabétisation, [et] les clauses relatives aux droits acquis », qui permettaient à un individu de voter uniquement si son grand-père avait pu voter avant l’adoption du 15e amendement, étaient « si efficaces dans leurs activités » que près de 100 000 hommes noirs de moins étaient inscrits pour voter après leur mise en œuvre.

Bien que ceux-ci semblent être purement « des barrières historiques aux urnes », Daniels dit « qu’ils ont des cousins contemporains ».

Les mécanismes se présentent sous la forme de lois d’identification des électeurs, de tromperie et d’intimidation des électeurs, de privation de droit de vote pour les criminels et de lois sur la preuve de citoyenneté. Ce sont de nouvelles façons de faire ce qui a été fait au début des années 1900, a déclaré Daniels.

« Ils dissuadent, ils déjouent, ils empêchent, à bien des égards, les gens de couleur en particulier, mais aussi les jeunes, les étudiants, [et] les personnes âgées. »

Laura Shah, candidate à la maîtrise de deuxième année en politiques publique à l’Université de Californie à Riverside, est l’une de ces étudiantes qui a assisté à l’événement virtuel. Elle a trouvé le discours très « perspicace » et « révélateur » les réalités de la suppression des électeurs aujourd’hui.

 « Je trouve intéressant de voir comment l’histoire semble se répéter », dit-elle.

L’école de politiques publiques de l’Université de Californie à Riverside est virtuellement en partenariat avec son équivalent de UMass ce semestre. Alasdair Roberts, directeur de l’école de politique publique de UMass, a déclaré que les écoles « avaient convenu que nous partagerions les événements puisque tout le monde est en ligne ».

« Il est vraiment facile d’organiser des événements en ligne auxquels beaucoup de gens peuvent participer », a-t-il déclaré.

Daniels a conclu son discours en insistant sur l’importance du vote et en offrant des conseils à ceux qui cherchent à s’impliquer dans le changement. « Le vote est un lien pour passer de la manifestation au pouvoir », a-t-elle déclaré.

Pour ce qui est des conseils, elle a suggéré: « éduquer, légiférer, plaider [et] participer ».

Daniels a fourni des suggestions pour chaque catégorie, telles que se renseigner sur le processus de vote et les règles, rester conscient et impliqué dans les efforts législatifs locaux pour changer la loi, s’associer avec des organisations qui travaillent à apporter des changements et participer par tous les travailleurs du scrutin ou en enregistrant d’autres pour voter.

« Nous pouvons . . . continuer ce combat pour voter et passez certainement de la manifestation au pouvoir. »

Sara Abdelouahed peut être contactée à [email protected] Suivez-la sur Twitter à @AbdelouahedSara.

Meg Beauregard est la traductrice pour la version française et peut être contactée à [email protected]

Iris Thesmar est l’éditrice de la section française et peut être contactée à [email protected]