Le monde essai de sanctionner une guerre: ça ne marchera pas

Les sanctions se sont avérées infructueuses, quelle est la prochaine étape?

Collegian+File+Photo

Collegian File Photo

Il y a une semaine, une carte de l’Ukraine aurait été peinte en blanc: une couleur qui symbolise la paix, l’unité et l’hégémonie renommé. Maintenant, alors que les forces russes envahissent l’Ukraine, de plus en plus de terres deviennent rouges: indiquant la mort, la destruction, et le vol. La tristesse que nous ressentons tous alors qu’une autre guerre éclate en Europe est exacerbée par le degré élevé d’inaction du monde. Les État-Unis, par exemple, estiment que l’émission de sanctions économiques suffit à apporter une contribution. La réalité est que les sanctions ne suffisent pas à repousser les soldats russes. 

Je pourrais donner une leçon d’histoire sur les sanctions américaines et leur échec retentissant – c’est assez alarmant. La sanction américaine contre la Russie n’est étonnamment pas nouvelle et dure depuis des années. Alors que nous continuons à viser l’économie russe avec un ultimatum misérable pour punir son attaque contre l’Ukraine, cela n’accomplit rien. En 2019, Hunter Carwood a écrit, “après presque sept ans de guerre économique… les États-Unis n’ont rien à montrer à part harceler légèrement l’économie russe.” Cette histoire de sanctions contre la Russie prouve à maintes reprises que leur économie est suffisamment forte pour résister aux sanctions tout en poursuivant la même politique que les sanctions ont été conçus pour combattre. 

À première vue, il semble que les sanctions n’apportent rien. Au-delà de cela, ils blessent également le citoyen moyen d’un pays plus qu’ils ne blessent le dirigeant du pays. Cela envoie le message que les gens sont responsables des choix de leurs dirigeants dans les pays non démocratiques. Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies a signalé que “les sanctions blessent tout le monde et sont particulièrement préjudiciables aux droits humains des femmes, des enfants, et d’autres groupes vulnérables.” En fin de compte, non seulement les sanctions n’ont pas réussi à motiver le changement, mais elles ont aussi fait plus de mal aux citoyens qu’autre chose.

Pendant que cela se déroule, l’Ukraine doit tenir tête à la deuxième armée la mieux classée du monde. Le pays a été contraint de recruter les jeunes hommes et femmes et de se préparer au pire contre la Russie. Avec une armée très jeune et avec moins de ressources que la Russie, cette guerre a une issue prévisible. Des étudiants universitaires et des gens comme vous et moi sont forcés de fuir le pays ou de combattre pendant la guerre. La frontière ukrainienne se rétrécit de seconde en seconde et les sanctions mondiales leur envoient le message de rester les bras croisés et d’attendre. La gravité du problème ne peut être exprimée plus clairement et rien n’est fait pour l’arrêter. 

Pour clarifier, le reste du monde n’est pas responsable d’entrer en guerre contre la Russie pour défendre l’Ukraine. Les États-Unis et les autres pays qui sanctionnent la Russie doivent cependant réaliser que ce qu’ils font ne fonctionne pas. Il est temps de suivre une nouvelle direction. Il est temps pour les États-Unis de mener un changement radical de politique: un changement qui défendra l’Ukraine et promouvra la paix et l’unité. Je concéderai qu’il s’agit d’une tâche apparemment impossible, mais l’application de sanctions générales n’est pas l’approche “mieux-que-rien” que nous devrions adopter. Sanctionner la Russie, c’est comme mettre un pansement sur une blessure. Le monde essaie d’empêcher que l’arme ne soit jamais tirée, alors que l’Ukraine saigne déjà.

Conor Johnston peut être contacté à [email protected].

Emily Blagg peut être contactée à [email protected]

Iris Thesmar peut être contactée à [email protected]