L’Organisation des Étudiants Pakistanais se marie par un Shaadi mis-en-scène.

Les étudiants ont fêté le multiculturalisme lors d’un Shaadi mis-en-scène.

Saliha+Bayrak+%2F+Daily+Collegian

Saliha Bayrak / Daily Collegian

Portant des dupattas et sherwanis vifs, des centaines d’étudiants de l’Université de Massachusetts se sont rassemblés à la salle de bal du Centre de Campus le samedi 26 mars pour célébrer Shaadi stimulé — un mariage pakistanias mis en scène. 

Tandis que plusieurs organisations d’étudiants enregistrés ont accueilli une danse formelle cet hiver, l’Organisation des Étudiants Pakistanais a opté pour stimuler un mariage pakistanais, connu comme un Shaadi en Hindi. 

“Les mariages sont très importants dans notre culture” a déclaré le président de l’OSP et élève de quatrième année Emaan Tariq.  “Nous avons estimé que c’était la meilleure façon de mettre en valeur notre culture.”

Étudiante en psychologie et de première année Maleeha Javed et Muhammad Abuzar, un étudiant des finances, ont fait office de mariés, se mariant symboliquement devant une foule enthousiaste. 

“Je sais pas comment j’ai été capable de rester posé,” a dit Abuzar, en réfléchissant au attention qu’il et Javed ont reçu. “Nous étions en train de parler et je me suis dit ‘Fréro, je suis super nerveux. Je sais pas quoi faire.’”

La soirée avait débuté quand Abuzar est entré la salle de bal sur les épaules d’autres membres de l’OSP, des battements de tambour ponctuant son arrivée. 

“La tradition c’est simplement d’être fou,” Abuzar a expliqué à propos de son entrée. “On a besoin de faire quelque chose de fou et d’amusant et plein d’enthousiasme… comme je suis facile à porter, un de mes amis m’a dit, ‘D’accord. On va simplement te porter.’”

Peu après l’arrivée du marié, Javed est entré dans la salle en bas d’un dupatta étincelant, un foulard Desi traditionnel que la noce porte au-dessous de la mariée. 

Après avoir mené leurs premières danses de la soirée, Javed et Abuzar sont montés sur la scène de la salle de bal, s’asseyant sur un sofa orné où les participants ont pris des photos avec les mariés. Javed portrait un salwar kameez de couleur corail et s’est parée d’un chooriyan étincelant – bracelet, jhumkai — boucles d’oreille, et un maang tikka — une parure ornée de bijoux posée sur son front. 

“Les Sud-Asiatiques mettent le paquet pour leurs mariages” Javed a dit. “Je ne suis même pas entièrement parée comme ils le seraient normalement.”

“La plupart du temps, elles se font mettre du henné sur les bras et les mains”, dit-elle en montrant les motifs complexes sur ses doigts. “Souvent, elles en mettent aussi sur leurs pieds, mais je ne l’ai pas fait.” 

À côté d’elle Abuzar portrait un sherwani noir, ou “manteau formel,” et un pagdi d’or, qui est la coiffe traditionnelle du marié pour les mariages Desi. 

“C’est super dur pour la tête, et c’est vraiment inconfortable, mais ça fait bien”, a déclaré Abuzar en riant. 

Après la première danse des mariés, les participants ont pu profiter d’un dîner traditionnel pakistanais, comprenant notamment biryani – riz piquant, tikka masala – poulet, et gulab jamun – une boule moelleuse de pâte frite.  

“C’était un cliché de la nourriture Asiat,” Abuzar a noté. “Après la nourriture du réfectoire, c’était si bon.”

Pour clore l’événement, des danseurs de l’équipe de danse Raunak Bhangra du Mount Holyoke College et de UMass Dhadak Fusion ont interprété des medleys de musique pop punjabi et américaine. 

Fawzi El-Kattan, élève de première année, a entendu parler du Shaadi mis en scène par l’Association Culturelle Arabe et a apprécié la façon dont l’OSP a embrassé la fusion culturelle.

“C’est une excellente façon de réunir mon côté arabe et mon côté américain tout en apprenant quelque chose de nouveau”, a déclaré El-Kattan. “Les gens ici ont vécu beaucoup de choses similaires à celles que j’ai vécues en tant qu’immigrant du Moyen-Orient.”

“Beaucoup de gens, quand ils me demandent mon nom, me disent, ‘Oh, d’où venez-vous ?’. a ajouté El-Kattan. “Je dis Palestine, mais ici, les gens sont un peu différents de la norme sur le campus… j’ai vraiment l’impression d’être chez moi loin de chez moi.”

Tariq a invité les étudiants à participer aux futurs événements de l’OSP. 

“Je recommande vivement aux gens de venir”, a déclaré Tariq. “J’ai l’impression qu’il y a cette stigmatisation autour des organisations culturelles selon laquelle vous ne pouvez pas vous joindre à elles si vous ne faites pas partie de cette culture – ce n’est pas le cas.”

“Nous voulons que tout le monde vienne, nous voulons que les gens apprennent, nous voulons que d’autres personnes voient à quoi ressemble notre culture et l’apprécient… Nous serions ravis de vous accueillir.”

Sophie Hauck peut être jointe [email protected]

Natalie Koopman peut être jointe à [email protected]

Iris Thesmar peut être jointe à [email protected]