The Black Diamond : Laissez-nous être en colère

Les femmes noires sont injustement stéréotypées pour être en colère, et cela doit cesser

Nick+Archambault%2FDaily+Collegian+%282022%29

Nick Archambault/Daily Collegian (2022)

Suite à l’arrestation controversée d’un étudiant de 21 ans de l’Université du Massachusetts au début du mois, un autre incident a rapidement attiré l’attention sur le campus. Un clip vidéo montrant deux étudiantes de UMass répondant à un policier a été publié sur TikTok et est ensuite devenu viral. 

Le conducteur du bus de la Pioneer Valley Transit Authority a demandé à l’une des étudiantes de jeter un gobelet de limonade, une instruction à laquelle l’étudiante s’est conformée. Peu de temps après, un homme âge à bord du bus a commencé à se disputer avec les deux étudiantes. La situation a continué à s’aggraver et les autorités ont été appelées peu après pour intervenir. En voyant cette vidéo sur mon fil d’actualité mes pensées immédiates comprenaient des questions majeures : pourquoi les femmes noires n’ont-elles pas le droit d’être en colère ? Pourquoi les femmes noires sont-elles presque toujours dépeintes comme des agresseuses ? Dans mon expérience personnelle, la colère est l’émotion que je réprime le plus. Même dans des situations où exprimer sa colère est tout à fait valable, j’ai toujours évité de montrer des signes de frustration de peur d’être stéréotypée. Le stéréotype de la « femme noire en colère » est éminent dans tant d’aspects de ma vie ; que l’on vous dise que vous avez “une attitude” simplement pour vous être défendu, ou même dans les médias où les femmes noires sont souvent décrites comme étant trop “impertinentes” ou “méchantes”. 

La rage féminine et la façon dont elle est perçue par la société sont gravement erronées, étant souvent positionnées comme une réponse au patriarcat. Cela se voit souvent au cinéma dans des personnages représentés par des femmes d’autres ethnies. Dans la plupart des cas, la rage féminine est présentée comme le produit d’une femme étant poussée à ses limites. Elle est presque toujours présentée comme justifiable. En ce qui concerne les femmes noires, notre rage est considérée comme un défaut de caractère. Même lorsque nous ne sommes pas en colère, nous sommes toujours confrontés à la notion d’être appelées trop « conflictuelles ». Il y a tellement d’idées fausses quant à savoir si une femme noire est vraiment fâchée ou simplement si elle s’affirme. 

Pour les femmes noires, notre douleur et notre colère sont automatiquement considérées comme de l’agressivité. Il y a tellement de choses pour lesquelles nous devrions être en colère. Nous sommes les moins susceptibles de recevoir des soins médicaux appropriés, les plus susceptibles de mourir en couches et les moins susceptibles de recevoir un traitement et un soutien pour nos traumatismes. La colère serait la réponse la plus normale à nos circonstances. Mais on attend de nous que nous soyons la « femme noire forte » et que nous fassions face à tout. 

Le stéréotype de la « femme noire en colère » est nocif à bien des égards, mais il est particulièrement nocif parce qu’il dévalorise notre individualité. Les femmes noires ne sont pas un monolithe ; comme tout le monde, nous sommes à multiples facettes. Pourtant, nous sommes réduites à si peu de qualités et la majorité est répertoriée comme négative. Nous catégoriser tous comme étant en colère amène les autres à nous considérer comme unidimensionnels. 

Dans l’ensemble, la colère n’est pas entièrement une émotion négative. Tout le monde en fait l’expérience de temps en temps et c’est une partie vitale de l’être humain. Qu’on nous dise que nous n’avons pas le droit d’exprimer de la colère ou d’avoir peur de le faire nous oblige à réprimer nos émotions, ce qui est un lourd fardeau pour nous. Les femmes noires ont tous les droits d’être en colère. 

Christmaelle Vernet can be reached at [email protected].

Iman Fenina is a translater of French and can be reached at [email protected].

Constance Sourisse can be reached at [email protected].