Question 4 : Sécurité Routière ou Droits des Immigrés ?

Question de Vote 4 demande si l’État devrait abroger une nouvelle loi permettant aux non-citoyens d’obtenir un permis de conduire

Cade+Belisle%2F+Daily+Collegian+%282014%29

Cade Belisle/ Daily Collegian (2014)

By Sophie Hauck, Iman Fenina, and Constance Sourisse

À l’approche du jour des élections, les électeurs du Massachusetts considèrent la Question 4, qui demande si l’État devrait abroger une nouvelle loi permettant aux non-citoyens d’obtenir un permis de conduire. Voter « oui » confirmerait la loi, tandis que voter « non » la renverserait. Des groupes d’activistes immigrés ont plaidé pour élargir l’admissibilité au permis de conduire du Massachusetts pendant des décennies. Leurs efforts ont abouti dans l’Action sur le Travail et la Mobilité Familiale à un projet de loi autorisant les licences pour les résidents sans papiers. La législature de l’État a adopté le projet de loi le 9 juin, annulant le veto du gouverneur Charlie Baker sur le projet de loi proposé. 

« Cette partie de la législation est quelque chose qui assurera pour les familles travailleuses la capacité de se rendre au travail et de s’acquitter de leurs responsabilités », a déclaré la sénatrice d’État Diana DiZoglio, qui a voté en faveur de la proposition. « Nous devons nous assurer que toutes les familles travailleuses sont capables de se rendre au travail, à leurs rendez-vous médicaux et sont capables de s’instruire et d’obtenir les ressources dont elles ont besoin. » 

Le 13 juin, les opposants à la loi ont demandé un référendum pour annuler la législation, formant le comité Équitable et Sécurisé du Massachusetts (Fair and Secure Massachusetts). Le groupe a certifié le nombre de signatures nécessaires pour être sur le bulletin de vote début septembre, créant la quatrième et dernière question sur le bulletin de vote à l’échelle de l’État. 

« Donner des permis de conduire aux personnes qui vivent ici sans statut légal sape fondamentalement le règne de la loi dans notre pays et ferait de notre État un aimant attracteur de tels comportements », a écrit Maureen Maloney, présidente du comité Équitable et Sécurisé du Massachusetts, dans une lettre à Berkshire Eagle. « C’est injuste et insultant pour les millions d’immigrés légaux qui ont pris le temps et ont fait l’effort nécessaires pour passer par les voies appropriées pour venir ici. » 

Maloney a soulevé le point de désaccord au sujet de la Question 4 en demandant si l’élargissement de l’accès aux permis de conduire est une question de sécurité publique ou de droits des immigrés. Le sénateur d’État Brendan Crighton soutient le premier argument. 

« Cela n’a rien à voir avec l’immigration », a déclaré Crighton lors d’un débat GBH sur la question 4. « Il s’agit de rendre nos routes plus sûres, de s’assurer que tout le monde doit passer l’examen du code de route et le test de vision et souscrire une assurance pour obtenir un permis dans le Commonwealth. » 

Les États qui ont adopté une législation similaire ont connu une baisse des accidents avec délit de fuite. Razvan Sibii, professeur de journalisme à l’Université du Massachusetts, a déclaré que définir la question 4 comme une mesure de sécurité routière était un « choix stratégique ». 

« Quelqu’un a décidé que l’empathie envers les immigrés sans papiers ne l’emporterait pas nécessairement, alors que la sécurité routière, qui nous concerne tous, pourrait », a déclaré Sibii. « Si vous pouvez faire en sorte que les gens sentent que cela les affecte directement, alors oui, bien sûr, c’est plus probable de les faire s’en soucier. » 

Shel Horowitz, membre des Activistes Juifs de l’Ouest de Massachussetts pour l’Immigration (Western Massachusetts Jewish Activists for Immigration), a identifié son héritage juif comme un lien personnel avec la question 4. 

« Nous avons eu cette chose appelée l’Holocauste, où de nombreuses personnes ont été persécutées et tuées pour le crime entre guillemets d’être juif », a déclaré Horowitz. « Ainsi, nous pensons que cela nous donne une urgence particulière pour affronter les oppressions que nous voyons. » 

Sibii a noté que la Question 4 ne sera pas universellement appréciée par les immigrés. 

« Les immigrés documentés doivent être convaincus que les immigrés sans papiers doivent avoir des droits », a déclaré Sibii. « Il y a un fort courant parmi les immigrés documentés qui dit : “Eh bien, ils devraient le faire légalement comme je l’ai fait.” » 

« J’ai grandi dans une famille d’immigrés, donc je connais assez bien cette histoire », a déclaré Paul Craney, porte-parole de l’Alliance Fiscale du Massachusetts (Massachusetts Fiscal Alliance). « C’est un débat qui devrait être fait dans le contexte de la réforme fédérale de l’immigration. » 

Craney craint que le Registre des Véhicules à Moteur (Registry of Motor Vehicles) ne soit pas équipé pour traiter les documents étrangers nécessaires à la vérification de l’identité des non-citoyens. 

« Demandons-nous au Registre des Véhicules à Moteur de pouvoir traiter entre 150 000 et 250 000 immigrés illégaux dans notre État afin qu’ils puissent obtenir des permis de conduire ? » Craney a demandé. « Le bon sens vous dit que notre RVM n’est pas capable de cela, et qu’on ne devrait pas non plus leur demander de le faire. » 

« Nous mettons en quelque sorte la charrue avant les bœufs parce que nos chefs d’État souhaitent encore plus d’immigration, dans le cas présent, d’immigration illégale », a déclaré Craney. 

Les partisans des deux côtés de la question sont face à des préoccupations sur le fait que Question 4 a une reconnaissance du nom limitée. Le comité Équitable et Sécurisé du Massachusetts a certifié avoir suffisamment de signatures pour être sur le bulletin de vote, il était trop tard pour inclure cette question dans le red voter guide du Secrétaire d’État, et la question apparaît au verso ou sur la deuxième page du bulletin de vote. 

« Un nombre important pourrait ne pas réellement renverser la page », a déclaré Sibii. « Ces choses à propos du positionnement sur le bulletin de vote sont toujours une préoccupation. » 

« Je trouve que ces livres rouges sont très utiles pour faire valoir votre point de vue », a déclaré Craney. « Mais vous connaissez les électeurs, ils ont un moyen de trouver ces informations par eux-mêmes. » 

Le vote anticipé a lieu en ce moment et se termine le 4 novembre. Le jour du scrutin est le 8 novembre. Trouvez votre bureau de vote sur https://www.sec.state.ma.us/WhereDoIVoteMA/WhereDoIVote. 

Sophie Hauck can be reached at [email protected] and followed on Twitter @SophieBHauck.

Iman Fenina is a translater of French and can be reached at [email protected].

Constance Sourisse can be reached at [email protected].