Un rassemblement Anti-Kavanaugh rassemble des étudiants militants

“Kavanaugh n’a pas d’affaires au sein de la Cour suprême.”

Will+Katcher%2FCollegian
Back to Article
Back to Article

Un rassemblement Anti-Kavanaugh rassemble des étudiants militants

Will Katcher/Collegian

Will Katcher/Collegian

Will Katcher/Collegian

Will Katcher/Collegian

By Kathrine Esten, Meg Beauregard, and Cleo Guillou

Hang on for a minute...we're trying to find some more stories you might like.


Email This Story






« Hé ho, hé ho, Kavanaugh doit partir », a déclaré une coalition de groupes d’activistes qui se sont rassemblés devant l’Union des Étudiants à l’Université du Massachusetts mardi après-midi pour marquer leur opposition au candidat de la Cour suprême Brett Kavanaugh.

Plusieurs dizaines d’étudiants, d’anciens élèves et d’habitants de la région ont assisté au rassemblement de groupes tels que l’Organisation Socialiste Internationale, les Étudiants UMass Pour la Justice en Matière de Reproduction, Notre Révolution, et le Centre d’Education et de Défense Politiques.

Le rassemblement, inspiré par des manifestations et des rassemblements similaires à travers le pays, était en réaction à l’audience de jeudi dernier devant le Comité judiciaire du Sénat sur les allégations d’agression sexuelle contre Kavanaugh. Les organisateurs ont déclaré que le témoignage de Dr. Christine Blasey Ford, accusatrice de Kavanaugh, avait motivé le rassemblement, mais ils ont souligné qu’ils protestent contre de nombreuses questions concernant les vues de Kavanaugh et qu’il voulaient attirer l’attention sur des problèmes tels que l’homophobie, le racisme et l’autonomie physique.

«Lorsque nous avons vu les survivants arrêter [le sénateur] Jeff Flake au Congrès et l’avoir convoqué pour une enquête du FBI, cela montre ce qui se passe lorsque les gens se réunissent», a déclaré un étudiant en économie, William Harmer. « Nous voulons sortir et montrer à tous ces gens qu’ils ne peuvent pas contrôler notre pays, et qu’ils ne peuvent pas nous contrôler. »

Harmer, membre de Our Revolution, a précisé que «ces gens» faisaient référence à de «nombreux individus de droite», dont le président Donald Trump, et à ceux qui attaquent les droits et les libertés du peuple américain.

Harmer a également critiqué la sénatrice Dianne Feinstein pour avoir retenu les allégations de Blasey Ford jusqu’en septembre, affirmant que quelque chose aurait pu être fait plus tôt pour empêcher Kavanaugh de se rendre au Sénat.

Manny Pintado, un ancien étudiant de UMass impliqué dans l’ISO, a déclaré qu’il était «grand temps» que ceux responsables d’agression sexuelle soient tenus pour responsables, en ajoutant qu’ils «s’en tires trop facilement pour trop longtemps [d’agression sexuelle]».

Au début de l’événement, quelques participants ont commencé à crier sur les accusations sexuelles portées contre des hommes politiques démocrates, dont l’ancien président Bill Clinton. Bien que cela ait provoqué des disputes entre les membres de la foule, les individus non associés aux groupes d’organisateurs sont partis peu de temps après.

De nombreux participants ont exprimé leur admiration devant le choix de Blasey Ford de s’exprimer sur les agressions sexuelles. Meghan Lemay, une ancienne étudiante de UMass et organisatrice de l’ISO, a déclaré que Blasey Ford était une «héroïne» pour avoir dévoilé ses allégations. Lemay a dirigé plusieurs chants de groupe sur la lutte contre les agressions sexuelles, notamment: «Quoi que nous portions, où que nous allions; oui signifie oui et non signifie non »et « Pouvoir des femmes ».

«Nous devons vraiment soutenir les survivants», a ajouté Lemay. “Kavanaugh n’a pas d’affaires à la Cour suprême.”

Alla Estuary, une résidente de Amherst, a tenu un signe à la main lors du rassemblement, et a dit qu’elle voulait prendre « toutes les occasions pour protester. »

Estuary a poursuivi en expliquant que le comportement de Kavanaugh lors de son interrogatoire contrastait nettement avec la dignité de Blasey Ford. « Les survivants ne doivent pas être composés », a déclaré Estuaire, « et [Ford Blasey] l’était. »

«Dans notre pays, les agressions sexuelles et le harcèlement sont considérés comme des normes. Nous nous attendons à ce qu’on se protège de ces types d’agressions plutôt que d’attendre que les agresseurs ne les commettent pas», a déclaré Isabel Leonard-Rose, membre de CEPA et étudiante du STPEC, en discutant des taux élevés d’agression sexuelle sur les campus universitaires.

Joshua Brown, un ancien étudiant de UMass qui assistait à l’événement, a fait un commentaire similaire à Leonard-Rose en expliquant à quel point le langage concernant les agressions sexuelles a été normalisé.

Pour évoquer la controverse récente sur l’entraîneur de l’équipe de foot de UMass, Mark Whipple, Brown a déclaré que «il y aurait du avoir une ingérence, mais que l’on utilise le mot «viol» est tout à fait injustifié.

Leonard-Rose a parlé plus sur l’intersectionnalité de l’agression sexuelle avec de nombreux autres problèmes sociaux, y compris le racisme.

« Historiquement, le viol a été utilisé pour justifier le lynchage et le meurtre de centaines d’hommes noirs. De la même manière, les femmes noires n’ont presque jamais été soupçonnées d’être victimes de violences sexuelles », a déclaré Leonard-Rose à la foule, qui a ensuite participé au chant «Black Lives Matter».

Stacey Sexton, une ancienne étudiante de UMass et membre de l’ISO, a déclaré que des mouvements tels que Black Lives Matter et #MeToo sont essentiels à la démocratie. Soulignant le leadership féminin dans chacun de ces mouvements, ainsi que lors des grèves d’enseignants dans divers États, Sexton a déclaré que «nous ne pouvons pas compter sur nos institutions. Nous ne pouvons attendre personne d’autre que nous-mêmes.

Parmis les derniers chants de «C’est ce à quoi ressemble la démocratie», Sexton a déclaré Sexton que le rassemblement a montré de nombreux points d’opposition différents qui existent contre Kavanaugh au-delà des agressions sexuelles. Contrairement à l’opposition «fragmentée» contre des problèmes tels que l’avortement ou la race, Sexton a déclaré que les agressions sexuelles était un problème contre lequel tout le monde pouvait s’unir.

«Tout le monde connaît une femme», a déclaré Sexton.

Le vote de confirmation de Kavanaugh est actuellement reporté, dans l’attente des résultats d’une enquête du FBI sur les allégations d’agression sexuelle portées contre lui.

Kathrine Esten est l’assistante de la rédactrice en chef et peut être contactée à [email protected]  

Meg Beauregard est la traductrice pour la version française et peut être contactée à [email protected]

Cleo Guillou est l’éditrice de la version française et peut être contactée à [email protected]