Les étudiants internationaux affrontent des difficultés due aux fuseaux horaires

Les étudiants internationaux parlent de leur épreuve avec leur travail de classe pendant le semestre virtuel à cause des fuseaux horaires différents.

Ana+Pietrewicz%2FDaily+Collegian

Ana Pietrewicz/Daily Collegian

Les étudiants qui travaillent avec des fuseaux horaires différents font face à des difficultés pour s’adapter à leur nouvel emploi du temps après que l’University of Massachusetts Amherst ait annoncé que la plupart des cours se feront à distance.

Karen Ghaddar, une étudiante en santé publique de première année, habite actuellement au Liban et suit le fuseau horaire UTC +3:00, qui est sept heures en avance sur UTC -5:00 (aussi connu sous l’acronyme EST en anglais). Ghaddar a dit que le plus grand problème qu’elle affronte avec le décalage horaire c’est assister aux sessions synchrones, qui se déroulent de 19h à minuit chez elle.

Étant donné l’explosion récente du port de Beyrouth au Liban, Ghaddar fait partie de nombreux volontaires et passe la plupart de ses journées (et parfois aussi ses nuits) à s’occuper des besoins des victimes et des familles troublées. Avec tous ces épreuves, essayer de s’adapter à son nouveau planning académique est incroyablement éprouvant pour Ghaddar. 

“Après l’explosion du Liban, je suis très occupée avec le volontariat et l’aide que je dois apporter à ma famille proche et mes amis afin qu’ils puissent quitter leurs maisons détruites,” a-t-elle dit. “Alors, je m’endors très tard à cause de mes cours et je me réveille très tôt pour aider, du coup je suis toujours extrêmement fatiguée quand il faut assister à mes cours la nuit.”

Ghaddar a été éprouvée pour trouver le temps afin de s’impliquer dans la communauté UMass : “Je n’ai pu joindre aucune activité, parce que je n’ai pas eu le temps à cause de la pression due à mes raisons personnelles et au décalage horaire.”

Ashna Patel, une étudiante de biochimie en première année habitant à Nairobi au Kenya, a aussi du mal avec les transitions. Elle suit aussi le fuseau horaire UTC +3:00, qui est sept heures en avance sur UTC -5:00. Patel a dit qu’elle est en difficulté avec des examens prévus pour des heures inconvenables.

“En fait, mon professeur des maths m’avait demandé mon fuseau horaire, mais a programmé un examen à trois heures du matin chez moi,” nous dit-elle. 

Patel dit qu’elle sent que l’Université n’a pas été prévenante concernant les étudiants habitant dans des fuseaux horaires différents. 

“Je voudrais dire que UMass savait que les étudiants internationaux n’allaient pas obtenir leurs visas F1 et a quand même choisi de faire le strict minimum pour eux ces six derniers mois,” a-t-elle dit. “Être déçue, c’est un minimum.”

“Ils devraient être plus attentifs en ce qui concerne les dates limites pour le travail et les examens et ils devraient pourvoir aux besoins de chaque fuseau horaire,” Patel a dit. “UMass aurait dû fourni des parcours d’intégration individuels avec des personnes des mêmes fuseaux horaires et expliqué comment ils sont censés faire leur travail.”

Maria Nieves Quevedo Herrera, une étudiante en ingénierie industrielle de première année, a aussi été affectée par un décalage horaire. Herrera habite en Espagne et suit l’heure normale d’Europe centrale (UTC+1), qui est six heures en avance d’UTC-5.

Herrera s’inquiète de voir le décalage horaire affecter sa performance académique. 

“Certains de mes cours sont très tards la nuit, genre 22h à 23h151, bien que ça ne me dérange pas, je ressens la fatigue de toute ma journée et je ne me débrouille pas aussi bien que si j’avais mes cours le matin,” a-t-elle dit. “Franchement, ce que je viens de dire m’arrive avec tous les cours. Si j’avais pu choisir; avoir les cours le matin aurait été beaucoup mieux parce qu’on est plus éveillé.”

Malgré ces défis, Herrera profite quand même de ces cours : “Je m’habitue toujours au système universitaire, et je me perds avec les permanences et toutes les autres heures que je dois prendre en compte,” elle a dit. “ À part ça, je suis très contente de comment tout se fini pour moi, comme j’aime les cours que je suis.”

Mahidhar Sai Lakkavaram est un contributeur du Collegian et peut être contacté à [email protected], Suivez le sur twitter @Mahidhar_sl.

Margot Powers est traductrice de la section française pour le Collegian et peut être contactée à [email protected]

Iris Thesmar est éditrice de la section traduction française pour le Collegian et peut être contactée à [email protected]