L’héritage de la bibliothèque de UMass

Joyeux Anniversaire, DuBois!

Collegian+File+Photo

Collegian File Photo

Lundi, le 22e étage de la bibliothèque W.E.B. DuBois était rempli de spécialistes et d’étudiants qui célébraient le 152e anniversaire de son homonyme, tout en participant à une discussion sur les problèmes raciaux aux États Unis.

Les participants se sont assis tout autour du podium alors que des spécialistes lisaient des extraits des oeuvres de DuBois—dont “Les Racines africaines de la guerre”—à tour de rôle. Malgré l’abondance de cupcakes et de T-shirts gratuits, l’événement était un rappel sérieux aux problèmes sociaux et raciaux des États Unis et à la pertinence des œuvres de DuBois, même après 152 ans.

Un des organisateurs principaux de l’événement était Whitney Battle-Baptiste, la directrice du Centre de W.E.B. DuBois de l’Université de Massachusetts et une archéologue historique américaine.

Battle-Baptiste est d’origine Africaine et Cherokee et elle a profité de cette occasion pour parler de la contestation des œuvres de DuBois face aux croyances sociétales de son époque.

“J’entends souvent dire que DuBois était en avance sur son temps,” Battle-Baptiste a dit. “Beaucoup de ses écrits sont toujours aussi pertinents aujourd’hui, mais je pense que c’est parce qu’il pensait dehors des frontières américaines. Il a écrit sur l’injustice écologique et sur l’importance de prendre soin de notre planète. Il croyait aussi en la création de services de santé gratuits. Il pensait aussi à ne pas s’appuyer sur le capitalisme parce que cela pourrait peut-être créer l’ascension d’un 1% ou 2%.” 

Le problème sur lequel DuBois écrivait le plus était le racisme.

“Il est important que nous comprenions cela, parce que beaucoup de ses écrits était sur l’oppression,” Battle-Baptiste a dit. “De différents groupes ont des histoires très différentes histoires sur comment la suprématie blanche les ont affectés, mais le fondement c’était l’anti-noir. Il y a des certains paramètres dont les personnes noirs ne pouvaient pas quitter a cause de la race et la ségrégation.” 

D’après Eli Miller, un étudiant de cycle supérieur en économie des ressources, DuBois a ouvert la voie au progrès.

“Il était vraiment un leader en Droits Civiques,” Miller a dit. “En termes de contexte, je pense qu’il continue encore  d’encourager des les penseurs d’aujourd’hui sur l’égalité humaine.”

Les idées progressistes de Dubois et son adhésion au parti communiste à l’âge de 95 ans ont rendu son héritage controversé. 

“Il n’a pas été facile de donner le nom de DuBois à la bibliothèque en 1994,” a annoncé Adam Holmes, le gestionnaire de programme du centre de W.E.B. DuBois. “Pour bien des gens, l’héritage de DuBois est encore corrompu par son association avec le parti communiste ou pour le simple fait qu’il était un Afro-Américain et activiste.” 

Holmes, qui vient d’un milieu de justice sociale et de travail à but non lucratif, a débuté en tant que gestionnaire de programme en Septembre de 2018 et considère le centre comme un espace sûr pour la discussion interdisciplinaire.

“Il s’agit d’une institution majoritairement blanche, et peut-être également une institution conservatrice de bien des manières. Je dirai que nous supportons un endroit pour des personnes qui ne se sentent pas représentés dans le campus de manière générale,” Holmes a ajouté.

Pour Battle-Baptiste, DuBois était simplement un patriote loyal qui cherchait à améliorer son pays.

“Son premier amour était les États Unis, le pays de son sa naissance,” elle a dit. “Sa fiction et sa poésie était pour lui une manière d’exprimer ses frustrations, ses espoirs, et ses croyances, au milieu ses sérieuses études théoriques.”

L’événement s’est transformé au fil des années en une discussion plus interactive et une célébration du travail de DuBois. Au début, le centre distribuait du gâteau gratuit, mais il cela a évolué en une opportunité de partage de ses oeuvres et de mieux les comprendre.

“J’espère vraiment que les étudiants se rendent compte qu’ils peuvent et doivent être fiers de l’homme dont la bibliothèque porte le nom,” a renchérit Holmes.